La Chirurgie du visage

LIFTING CERVI-FACIAL
Ostoplastie
LIPOSTRUCTURE
BLÉPHAROPLASTIE
LOBES OREILLES FENDUS

LIFTING CERVI-FACIAL

Il existe aujourd’hui plusieurs types de liftings qui permettent d’améliorer les disgrâces provoquées par le vieillissement du visage et du cou, soit de manière localisée,soit de manière plus étendue.
Le lifting cervico-facial est le plus fréquemment réalisé; c’est le correction chirurgicale du vieillissement au niveau du cou ainsi qu’au niveau du visage depuis la région des tempes jusqu’a la région des bajoues.
L’operation a pour but de traiter l’affaissement et le relâchement de la peau et des muscles du visage ( tempes et sourcils, joues, bajoues, ovale du visage) et du cou mais également l’insuffisance ou l’excès de tissu graisseux.
L’objectif d’une telle intervention n’est pas de changer la forme ni l’aspect du visage. Au contraire, la simple restauration des différentes structures anatomiques de la face et du cou (peau, muscles, graisse) permet à l’opéré(e) de retrouver l’aspect qui était le sien quelques années auparavant.
Les muscles sont remis en tension, de manière à corriger leur relâchement. La peau est ensuite redrapée à la demande sur les nouveaux galbes, sans traction excessive.
Cette double action permet d’obtenir un résultat naturel (car la peau n’est pas trop tirée), durable (car le plan musculaire est solide), des suites opératoires en général assez simples (la peau « marque » moins parce qu’elle est un peu traumatisée, du fait de la tension et du décollement limités). Les surcharges graisseuses éventuelles peuvent être traitées par lipoaspiration.
En revanche, les rides d’expression, les rides de là pattes d’oie ou les rides peri-buccales ne sont pas modifiées. Les rides profondes sont améliorées par la tension exercée sur la peau sans jamais disparaître complément.
Les incisions cutanées nécessaire sont cachées pour l’essentiel sous la patte chevelue ou dans les cheveux (au niveau des tempes et de la nuque) et au pourtour de l’oreille. La cicatrice est ainsi presque entièrement dissimuler.
Les 10 premiers jours, il faut se reposer au maximum et éviter tout effort violent.
Au cours de ces premiers jours, l’opéré(e) ne doit ni s’etonner ni s’inquiéter :

  • d’un œdème (gonflement) qui peut être plus accentué le deuxième jour que le premier.
  • d’ecchymoses (bleus) dans la région du cou et du menton.
  • d’une sensation de tension douloureuse ou désagréable surtout en arrière des oreilles, et autour du cou.

Ces ecchymoses et ces œdèmes disparaissent en moyenne dans les 2 semaines post-opératoire.
Au bout de 1 à 3 mois, on peut avoir une bonne idée du résultat définitif. Mais les cicatrices sont encore un peu rosées et indurées et ne s’atténuent que vers le sixième mois.

OREILLES DÉCOLLÉES
(Ostoplastie)

La correction d’oreilles décollées ou « otoplastie » permet de remodeler des pavillons jugés excessivement visibles. Une otoplastie peut être réalisée sur les deux oreilles ou bien parfois sur une seule oreille, en cas d’asymétrie. L’opération corrige ces anomalies en remodèlent le cartilage, de façon à obtenir des oreilles « recollées » symétriques, de taille et d’aspect naturels.
Une otoplastie peut être réalisée chez l’adulte ou l’adolescent(e), mais la plupart du temps la correction est envisagée dès l’enfance. Elle peut être pratiquée à partir de l’âge de 7 ans, dès lors que l’enfant en exprime le désir. Elle permet ainsi de mettre fin aux moqueries et autres remarques désobligeantes susceptibles d’être à l’origine de souffrances psychologiques, de conflits scolaires et d’une baise de l’estime de soi.
Chaque chirurgien adopte une technique qui lui est propre et qu’il adapte à chaque cas pour obtenir les meilleurs résultats. Toutefois, on peut retenir des principes de base communs :
Incisions cutanées : Habituellement, elles sont situées dans le sillon rétro-auriculaire, c’est à dire dans le pli naturel situé derrière l’oreilles, ou à la base face postérieure de l’oreille.
Dissection : La peau est ensuite décollée en fonction des besoins afin d’accéder au cartilage et de l’exposer.
Remodelage cartilagineux : Le cartilage est ensuite remodelé, soit en l’affaiblissant par un râpage (technique de Stenstrom), soit en plaçant des points de suture non résorbables (technique de Mustardé et Furnas), soit une combinaison des deux techniques. Cette technique permet de corriger toutes les anomalies de l’oreille décollée (absence de pli de l’anthélix, valgus ou hypertrophie de conque, valgus du lobe).
Sutures : Classiquement, des fils résorbables sont utilisés ; sinon, ils devront être retirés vers le 10 ème jour.
Pansement : Il est réalisé grâce à des compresses modelantes maintenues par des bandes élastiques autour de la tête afin de garder les oreilles en bonne position.
Une fois le premier pansement enlevé, il  sera remplacé par un autre bandage plus léger pour encore quelques jours, puis par un bandeau.
Un bandeau de protection devra être porté nuit et jour pendant une quinzaine de jours, puis uniquement la nuit pendant encore 4 à 6 semaines. Durant cette période, les activités physiques ou sportives avec risque de contact devront être évitées. Les oreilles pourront alors apparaître gonflées, avec des reliefs masqués par l’oedème (gonflement). Des bleus plus ou moins importants sont parfois présents ce qui est normal. Cet aspect éventuel ne doit pas inquiéter : il n’est que transitoire et ne compromet absolument pas le résultat final.
Un délai de 1 à 2 mois est nécessaire pour apprécier le résultat final. C’est le temps nécessaire pour que les tissus se soient assouplis et que la totalité de l’oedème se soit résorbé, laissant apparaître nettement les reliefs de l’oreilles. Passé ce délai, seules les cicatrices seront encore un peu rosées et indurées avant de s’estomper, ce qui met habituellement 12 mois.

Lipostructure ou transfert de graisse autologue

Le principe de la lipostructure est de réaliser une véritable auto-greffe de cellules graisseuses par réinjection de la graisse prélevée sur le patient. Des progrès déterminants concernant le mode a traumatique de prélèvement et de réinjecté on ainsi que la purification de la graisse ont permis de limiter la part de résorption dû tissus graisseux. La lipostructure peut s’appliquer à un grand nombre de dépressions (creux) naturelles, post-traumatiques ou iatrogéniques( séquelles d’intervention/traumatique).
Chaque chirurgie adopte une technique qui lui est propre et qu il adapte à chaque cas pour obtenir les meilleurs résultats. Toutefois, on peut retenir des principes de base communs:
On commence par procéder à un repérage précis des zones de prélèvement de la graisse, ainsi que des sites de réinjection.
Le prélèvement du tissu graisseux est effectué de façon à traumatique par une micro-incision cachée dans les plis naturels, a l ‘aide d’une très fine canule d’aspiration.
On aura choisi une région discrète où il existait une réserve, voire un excès de tissu graisseux.
On procède ensuite à une centrifugation, de manière à séparer les cellules graisseuses intactes, qui seront greffées, des éléments qui ne sont pas greffables.
La réinjection du tissu graisseux se fait à partir d’i cuisions de 1mm à l’aide de micro-canules.
On précède ainsi à l’injection de micro-particules de graisse dans différents plans et selon des directions multiples et divergentes, afin d’augmenter la surface de contact entre les cellules implantées et les tissus receveurs, ce qui améliore la survie des cellules adipeuses greffées. Dans la mesure où il s’agit d’une véritable prise de greffes de cellules vivantes, et sous réserve que la technique soit bonne et la prise de greffe effective, les cellules ainsi greffées resteront vivantes au sein de l’organisme, ce qui fait de la technique de lipostructure une technique définitive puisque les cellules adipeuses ainsi greffées vivront aussi longtemps que les tissus qui se trouvent autour d’elles.
Dans les suites opératoires, les douleurs sont en règle générale peu importantes.
Un gonflement des tissus ( œdème ) apparaît pendant les 48heures suivant l’intervention et mettra en général 5 à 15 jours à être totalement résorbé. Des ecchymoses (bleus) apparaissent dans les premières heures au niveau des zones de réinjection graisseuses: elles se résorbent dans un délai de 10 à 20 jours après l’intervention.
Le résultat est apprécié dans un délai de 3 à 6 mois après l’intervention. Il est le plus souvent satisfait, chaque fois que l’indication et la technique ont été correctes: les dépressions sont en règle générale comblées et les volumes restaurés. Il existe une différence variable de, 20 à 40%, entre la quantité de graisse ré-injectée et la quantité de prise de la greffe liée au fait que, même avec une technique irréprochable, une partie de la graisse ré-injectée va se résorber. Le praticien en aura tenu compte dans l’évaluation de la ré-injection graisseuse.
Il faut savoir que la graisse ré-injectée qui a pris en tant que greffe graisseuse est sensible, à l’avenir, aux variations pondérales, donc en cas d’amaigrissement ou de prise de poids, les régions ayant bénéficié de lipostructure se creuseront ou augmenteront de volume.

BLÉPHAROPLASTIE
(Chirurgie des paupières)

Les « blépharoplastie » désignent les interventions de chirurgie esthétique des paupières qui visent à supprimer certaines disgrâces, qu’elles soient héréditaires ou dues à l’âge.
Elles peuvent concerner uniquement les deux paupières supérieures ou inférieures, ou encore les quatre paupières à la fois.
Une blépharoplastie peut être réalisée isolément ou être associée à une autre intervention de chirurgie esthétique du visage (lifting frontal, lifting temporal, lifting cervico-facial), voire une thérapeutique médico-chirurgicale (peeling, dermabrasion).
Ces actes sont susceptibles d’êtres effectués au cours de la même intervention ou lors d’un deuxième temps opératoire.
Une blépharoplastie se propose de diminuer les signes de vieillissement présents au niveau des paupières et de remplacer l’aspect «  fatigué » du regard par une apparence plus reposée et détendue. Elle permet notamment d’ouvrir le regard par la correction subtile de l’excès de peau des paupières supérieures.
L’intervention vise à corriger ces disgrâces de façon durable, en supprimant chirurgicalement les excès cutanés et musculaires ainsi que les protrusions graisseuses, et en préservant naturellement les fonctions essentielles des paupières.
Il n’y a pas de véritables douleurs, mais éventuellement un certain inconfort avec une sensation de tension des paupières, une légère irritation des yeux ou quelques troubles visuels.
Les suites opératoires sont essentiellement marquées par l’apparition d’un oedème (gonflement), d’ecchymoses (bleus) et de larmoiements dont l’importance et la durée sont très variables d’un individu à l’autre.
Un délai de 3 à 6 mois est nécessaire pour réellement apprécier le résultat. C’est le temps nécessaire pour que les tissus aient retrouvé toute leur souplesse et que les cicatrices se soient estompées au mieux.
L’intervention aura le plus souvent permis de corriger le relâchement cutané et de supprimer les hernies graisseuses, rectifiant ainsi l’aspect vieilli et fatigué du regard.

LOBES D’OREILLES FENDUS

Il arrive avec le temps , mais aussi de façon traumatique avec le port de boucles d’oreilles trop lourdes, que la fente des boucles d’oreilles peut s’agrandir voir meme se déchirer.
La chirurgie des lobes fendus permet de réparer la fente sous anesthésie locale.
Une fois la cicatrisation complète des lobes réparés, il est tout à fait possible de percer à nouveau les oreilles.

Vous trouverez sur cette page toutes les informations pouvant répondre à certaines questions que vous vous posez.
N’hésitez pas à contacter le cabinet du docteur Martin pour toutes informations suplémentaires ou pour une prise de rendez-vous.

contactez-nous

Vous pouvez aussi nous suivre sur les réseaux sociaux